Galerie

L’Espagne se saborde-t-elle ?

Euro 2010, Coupe du Monde 2012, série en cours : l’Espagne est sur le toit du football de sélection et, à la manière d’un Rafael Nadal sur terre battue, on ne voit pas bien quelle équipe peut la détrôner.

« Notre plus grand adversaire, c’est nous-même ». On l’entend beaucoup cette phrase dans le monde du foot, sans vraiment savoir ce que ça signifie (enfin ça c’est mon cas). Mais, là, pour le coup, les Clásicos entre le Real Madrid et Barcelone pourraient faire du mal à l’unité de la Roja. Les tensions ont dépassé le cadre du terrain et si la première rencontre à Barcelone en novembre (5-0 pour le Barça) n’avait, du moins au tableau d’affichage, pas entravé la bonne marche de l’Espagne (victoires contre la Colombie, la République Tchèque et la Lituanie depuis), on a visiblement franchi une nouvelle dimension…

Les deux dernières tensions 100% hispaniques ont été visibles à Valence entre Alvaro Arbeloa et David Villa, et surtout Xabi Alonso et Piqué. Comment ces deux garçons, amis dans la vie je pense mais surtout 2 des moins agressifs des 2 effectifs confondus, ont pu se prendre la tête de la sorte ?

Si l’Espagne a mis autant de temps à atteindre les sommets, c’est en grande partie à cause des divisions au sein du groupe entre Madrilènes, Barcelonais, Catalans,…

José Mourinho va-t-il parvenir à détruire le Barça et l’équipe d’Espagne à la fois, lui qui envisage de prendre les rênes de la sélection portugaise après son passage madrilène ?

Alors que les mentalités évoluaient à nouveau dans la direction du jeu et du plaisir (merci l’Allemagne et l’Espagne entre autres), il y a toujours une « perf » qui montre que celui qui joue n’est pas récompensé…  On arrête là, d’accord ?

Publicités

Une réponse à “L’Espagne se saborde-t-elle ?

  1. Etant un supporter, un « hincha » de la Roja depuis ma + tendre enfance et suivant avec grand intérêt l’actualité de cette dernière, je ne peux que confirmer qu’outre l’excitation que me procure ces 4 clasicos, j’ai de + en + peur que ces derniers déreglent l’ambiance de la Roja qui jusque là avait fait sa réussite…D’après Marca (journal pro-madrilène) et Sport (journal pro-barcelonais), jamais les tensions entre joueurs espagnols n’avaient autant été visibles sur un terrrain…Preuve, que ce sujet interpelle, deux pages ont été consacrées à ce sujet dès le lendemain du match avec comme titre commun : « Quelles conséquences auront ces 4 clasicos sur l’ambiance de la Roja ? »… Il y’a toujours eu des accrochages en sélection (Puyol-Vicente, Raul-Villa, Salgado-Sergi…) mais à ce point ??? Don Vicente Del Bosque doit commencer à se faire des cheveux gris avec le peu de cheveux qui lui reste…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s