Galerie

Barça-Real : le business du marché noir

Plus d’un milliard de téléspectateurs, 98 000 places dans le stade : le calcul n’est pas compliqué à faire, si vous possédez le précieux sésame pour le Clasico il peut être tentant de le monnayer deux, trois fois plus cher. Comment marche la billetterie officielle (et non-officielle) du Barça ?

Un billet électronique

Tout d’abord, comment se procurer des places de façon « légale » ? Les socios abonnés peuvent entrer avec leur carte, les socios non abonnés ont la priorité sur l’achat de place puis vient l’ouverture à la vente au grand public.

Le Clasico est dimanche, les billets sont à la vente le vendredi à partir de 10h pour les socios non abonnés, le samedi à 10h pour le public. Soit très, très proche de l’événement. Donc, ce sont ceux qui auront réservé leurs congés en avance qui seront récompensés… ou pas. Si proche du match, il est impossible de s’organiser une fois les places récupérées.

Le vendredi, les socios non abonnés peuvent réserver 2 places maximum dont une avec une légère réduction. Le premier prix est autour des 120 Euros en virage et tout en haut. Mais il reste des places toute la journée de vendredi à tous les endroits du stade, peu de places (entre 2 et 5000) mais partout. Les bénéficiaires des code socios sont gâtés.

IMG-20150323-WA0000

Place en tribune latérale centrale, prix : 205 €

 

C’est le lendemain donc, veille de match, que le grand public peut se procurer des places (hors agences). 10 heures du matin, la queue est déjà de 10 bonnes minutes. Une fois entré dans le système où 2 000 places sont à la vente, la règle est la même : les plus rapides ont 15 minutes pour acheter au maximum 2 places chacun : de 120 à 500 Euros. En une heure, toutes les places ont un propriétaire, le match est officiellement à guichets fermés.

Pendant que les heureux élus célèbrent, les autres doivent se retourner vers les agences spécialisées (Viagogo propose les billets 3 fois plus cher) ou le marché noir. Et là, si vous possédez au moins 2 places côte-à-côte, vous pouvez voir venir, elles se vendront 3 fois le prix d’achat. En billet plutôt qu’en e-ticket. Si vous ne voulez pas vous embêter, des « intermédiaires » (français principalement) vous les achèteront le double. Et, pour cela, toutes les combines sont bonnes : la pancarte « busco entradas » (je cherche des places) semble bien fonctionner, d’autres encore plus inventifs distribuent des tracts « Je cherche des entrées et je suis prêt à payer cher » sauf qu’au bout du fil, la personne cherche en fait à vendre des places…

Tout ceci n’est pas très discret me diriez-vous mais semble assez largement toléré par les autorités policières. Davantage qu’en France en tout cas.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s