Galerie

Nos coups de coeur du mois de juin

Beaucoup de compétitions aux quatre coins du globe…. Voici, en vrac, nos coups de coeurs/déceptions du moins de juin:

Gauvin

Les +

Le duo Fabian Ruiz-Dani Ceballos de l’Espagne Espoirs : le duo issu de la cantera du Betis Séville survole l’Euro Espoirs… Enfin « Espoirs » sachant que Fabian Ruiz était titulaire lors du dernier match de la Roja (3-0 contre la Suède) le 10 juin dernier et que Dani Ceballos compte déjà 6 sélections. Fabian Ruiz semble légèrement en avance, sa situation en club étant plus claire et sa saison avec Naples convaincante. Dani Ceballos était intermittent au Real et devrait aller trouver de la régularité loin du Bernabeu.
Mais alors, la connexion sévillane, Fabian Ruiz est né à Los Palacios y Villafranca et Dani Ceballos à Utrera, deux communes de la province de Séville, est incroyable avec pour sommet le découpage en règle de la Pologne (5-0).
Ils ont d’ailleurs joué ensemble au Betis entre 2014 (en seconde division) et 2017.

Valérie Gauvin : découverte à ce niveau et jolie surprise. Alors que l’on souffre à former des attaquants de surface à la DTN, voici un profil rare et hyper important. La Réunionnaise évoluant à Montpellier est LA bonne surprise de la Coupe du Monde et l’une des seules à ne pas s’effondrer sous la pression… 

Edinson Cavani : après une saison en club compliquée et une fin de saison tranquille où il s’était réservé pour la Copa America, l’Uruguayen régale dans un style qui lui est propre :  beaucoup d’appels et tueur dans la surface… Il est frais, Suarez est affûté également, attention à l’Uruguay…

 

Les –

Le manque de caractère de l’Argentine : très très poussif et ce depuis des années, l’Argentine gâche… Certes, Leo Messi n’a pas une dream team autour de lui mais quand même, l’Argentine devrait montrer un tout autre visage. Scaloni n’a que peu d’emprise sur son équipe et, comme le disait Diego Maradona, en d’autres termes, l’équipe manque de… caractère.
Pourquoi, vu le niveau moyen d’ensemble, ne pas tout miser sur Messi, Dybala, Aguero voire Icardi ? Cela ne serait pas pire…

L’interprétation de la VAR lors de la Coupe du Monde féminine :
Ah les mains… ah les « contacts »… Dès que l’arbitre va vérifier sur l’écran, il/elle est déjà dans une position instable… Et les décisions sont sacrément contestables/injustes… Le second pénalty accordé aux Etats-Unis contre l’Espagne (2-1) en est le meilleur exemple… Sévère !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s